#industrie de la santé animale#technologie médicale

Gabrielle Browne – Alpha Vet Technology

Gabrielle Browne - Directrice Marketing chez Alpha Vet Technology. Habite en Australie. Gabrielle Browne se rend toutes les 6 à 8 semaines à Neuchâtel pour le suivi du nouveau produit...


16 janvier 2020

Articles en lien

Gabrielle Browne – Directrice Marketing chez Alpha Vet Technology.

Habite en Australie.

Gabrielle Browne se rend toutes les 6 à 8 semaines à Neuchâtel pour le suivi du nouveau produit d’Alpha Vet Tech, Wireless Zoo, développé avec des partenaires d’innovation régionaux.

Pouvez-vous m’en dire plus sur votre entreprise ?

Alpha Vet Tech est une société de technologie médicale animale qui se consacre à l’amélioration de la qualité de la santé animale dans le monde entier. Nous avons développé un produit, Wireless Zoo, lancé à Londres en novembre 2019 lors du London Vet Show. Il s’adresse à l’industrie vétérinaire et plus généralement au marché de la santé animale. Cet appareil permet de surveiller les principaux signes vitaux tels que la saturation en oxygène, le rythme cardiaque, la température. Ces signes s’affichent sur une plateforme dédiée. Cette innovation représente un véritable changement de cap pour l’industrie vétérinaire. Actuellement, la seule manière pour les professionnels de surveiller les animaux a lieu lorsque l’animal est sous sédatif ou trop malade pour se déplacer.

 

Quelles sont les compétences clés du canton pour votre produit ?

Nous collaborons et sommes domiciliés chez Cloos Electronic. Nous avons établi un partenariat avec Cloos car ils ont l’expertise nécessaire pour développer et miniaturiser l’électronique. De notre côté, nous avons les capacités de développer une solide plateforme de données basée sur le Cloud. Leurs connaissances sur les capteurs et le développement du Cloud sont cruciaux pour le développement actuel et futur de l’appareil et de la plateforme. Nous voulions construire un dispositif spécifique pour les animaux de compagnie plutôt que d’utiliser les technologies humaines existantes. Depuis l’engagement initial, en partant de zéro, le processus avec Cloos a pris environ 18 mois.

L’autre collaboration que nous avons engagée a porté sur la conception, réalisée avec l’entreprise Multiple Global Design. La mise en relation a été faite par le canton de Neuchâtel. Multiple a été très ouvert à travailler avec nous sur le processus de conception, jusqu’ à la fabrication. Ensemble, nous avons été très avant-gardistes car Multiple et Cloos n’avaient jamais réalisé de la technologie animale. Cela a été une très bonne courbe d’apprentissage pour eux et pour nous.

Comment avez-vous découvert Neuchâtel ?

Je ne connaissais pas grand-chose de la Suisse avant cette collaboration. Je savais que le pays avait de fabuleux fromages, du chocolat, du ski et des produits de luxe comme les montres. Nous avons rencontré un délégué du Greater Geneva Bern Area lors d’une conférence sur les technologies médicales à San Diego. Il était sûr que nous pourrions trouver ce que nous cherchions dans le canton de Neuchâtel. Il nous a fallu un an pour finalement organiser ce voyage. Nous avons été impressionnés par les compétences d’industrialisation du canton. Toutes les technologies que nous prévoyions de développer étaient déjà imaginées au CSEM et dans d’autres entreprises autour de Neuchâtel. Le canton de Neuchâtel nous a donné l’opportunité de développer le produit commercial beaucoup plus rapidement : deux ans au lieu de dix ans en Australie.

Neuchâtel est un canton très avant-gardiste. La Suisse a une politique stricte concernant la condition animale, ce qui correspond aux valeurs de notre entreprise. De plus,  en Suisse, nous sommes accueillis comme des membres de la famille, ce qui est très important pour nous.