#canton de Neuchâtel#coach#entrepreneuriat#expats#Indépendants#PME#RH

Sandrine Van Den Oudenhoven – Job4U2

 Depuis 2010, Sandrine Van Den Oudenhoven dirige Job4U2, une entreprise qui aide les conjoint-e-s d’expatrié-e-s arrivé-e-s en Suisse à poursuivre leur carrière, soit en retrouvant du...

Vidéo : Julien Humbert-Droz; Interview : Sophie Haerri Affolter
12 janvier 2021

Articles en lien

Depuis 2010, Sandrine Van Den Oudenhoven dirige Job4U2, une entreprise qui aide les conjoint-e-s d’expatrié-e-s arrivé-e-s en Suisse à poursuivre leur carrière, soit en retrouvant du travail, soit en créant leur entreprise, soit en changeant complètement de voie. Après un master en engineering à Reims en France, une expérience confirmée dans la supply chain, la vente, la gestion de projet et les achats et surtout beaucoup de voyages, elle a finalement choisi Bevaix pour y gérer sa société et y vivre avec son mari et ses deux filles. Portrait d’une pétillante entrepreneuse.

Comment avez-vous découvert Neuchâtel ?

Mon premier contact a été une visite touristique en 2000. Je venais de déménager de Paris à Lausanne et j’ai eu l’occasion de passer une journée à Neuchâtel. J’ai rencontré mon mari et nous sommes partis vivre quatre ans à Bruxelles. Puis, il a eu une opportunité professionnelle en Suisse et nous nous sommes installés à Bienne près de son travail. C’est à ce moment-là que j’ai monté mon entreprise et par hasard mes premier-e-s client-e-s étaient neuchâtelois-e-s. Le secteur neuchâtelois a été celui qui a plus vite répondu à mon offre, peut-être parce que je m’y sentais bien. Au final, mon réseau professionnel et privé s’est créé à Neuchâtel principalement. Nous voulions acheter une maison et revenir en Suisse romande et le choix de Bevaix s’est imposé naturellement car la culture romande nous manquait et le lieu nous plaisait.

Avez-vous un premier souvenir particulier du canton ?

Émotionnellement, j’ai encore le souvenir d’un premier rendez-vous d’affaires sur la terrasse du Silex à Hauterive. C’était tellement beau. Je me disais que mon bureau était en quelque sorte au bord du lac. C’est rapidement devenu mon lieu de rencontre professionnelle principal.

Qu’est-ce qui vous a décidé à créer une entreprise ?

J’ai eu une réflexion globale sur ma situation professionnelle après avoir eu mes enfants et avoir voyagé et vécu dans de nombreux pays. Cela a orienté mon intérêt pour l’aspect RH et le marché de l’emploi. J’ai découvert alors une professionnelle en Italie dont le métier était de coacher les conjoint-e-s lors de leur arrivée dans le pays. Cela résonnait vraiment avec mon parcours, mon intérêt et mes compétences. J’ai eu envie de me reformer et de pouvoir proposer ce type de support en Suisse. Le travail est le premier vecteur de lien social, c’est donc souvent primordial lors d’un déménagement. Mon entreprise a ainsi démarré en 2010, nous sommes maintenant six coachs- Nous avons accompagné plus de 500 personnes dans leur changement de vie.

Est-ce facile de créer une société en Suisse ?

À ma connaissance, avec les Pays-Bas, la Suisse est le pays d’Europe où l’accès à l’entrepreneuriat est le plus facile.

Qu’est-ce qui a été le plus dur dans le démarrage ?

Quand j’ai démarré ma société, je venais du monde « corporate » où les relations professionnelles sont très contractuelles. J’ai dû revoir mon approche pour m’adapter à la culture locale. Par exemple, en Suisse, on ne fait pas signer des accords de confidentialité lors de la première réunion. La confiance se met en place de manière informelle au fur et à mesure de la relation.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans le canton de Neuchâtel ?

La qualité de vie, les extérieurs, la nature et la convivialité qu’il y a dans les petits villages. Les environnements urbains sont de qualité. Ils remplissent les besoins en termes de culture, de shopping, de sorties et de loisirs. En parallèle, il y a l’accès immédiat à une nature très diversifiée. La mobilité est aussi un point important. Après avoir vécu dans des grandes villes suisses et à l’étranger, j’ai trouvé la mobilité facilitée ici. Tout est proche.